Au lieu de m’affirmer, je reste passif, je fuis !

Au lieu de m’affirmer, je reste passif, je fuis !

L’affirmation de soi est un bel exercice de style. Pas assez…, trop peu…, trop… d’affirmation témoignent de progrès restant à accomplir. Cet exercice est difficile pour nombre d’entre nous. Le développement personnel, le travail sur soi, l’apprentissage de nos expériences créent, peu à peu, ce cheminement vers plus de justesse et de maturité qui permet la mise en place de cette belle affirmation de soi.

L’affirmation ou comme le nomme les anglo-saxons, l’assertivité peut se définir en quelques mots comme: “un état d’esprit et une volonté d’engager des relations sur le mode de la négociation au quotidien, d’un rapport d’adulte à adulte, d’égal à égal. C’est un état qui nécessite une belle confiance en soi, une lecture pertinente et objective (le sens du factuel) des situations et une certaine philosophie de l’abondance.”

A l’opposé, perdre ou gagner, tel est le dilemme que visent les adeptes de la fuite, de l’attaque, de la manipulation.

Aujourd’hui examinons l’attitude qui consiste a fuir ou à rester passif au lieu de s’affirmer:

COMPORTEMENT

PAROLES TYPES

·

  • Neutralité apparente (ne prend pas parti).
  • Abnégation.
  • Modestie.
  • Esprit de conciliation.
  • Politesse stratégique.
  • Sens de la discipline excessif.
  • Ne prend pas d’initiative.
  • Laisse prendre les décisions à sa place.
  • Ne pose pas de questions, parle peu.

 

·

  • Chacun est libre de faire ce qu’il veut.
  • J’ai peur de le (la) blesser si…
  • Le chef a dit que…
  • Vous avez sûrement raison…
  • Je ne me mêle pas de ce qui ne me regarde pas…
  • Pas le temps !
  • De toute façon, qu’est ce qu’on y peut !
  • Ce n’est pas mon problème.
  • Je fais ce que l’on me demande.

 

ORIGINES

CONSÉQUENCES

·

  • Besoin d’être apprécié, entouré, aimé.
  • Crainte de s’engager personnellement.
  • Peur des sanctions.
  • Manque d’intérêt.
  • Dévalorisation de la situation.

 

·

  • Souffrance personnelle.
  • Perte du respect de soi-même.
  • Rancœur et ressentiment.
  • Marginalisation, déconsidération.
  • Anonymat.
  • Mauvaise communication avec les autres.

De la passivité à l’assertivité

1. Je parle dans les trois premiers à l’occasion d’un tour de table en groupe.

2. Je prends l’initiative de dire bonjour et au revoir.

3. J’apprends à connaître chacun en échangeant avec lui.

4. J’exprime mon humour.

5. Je m’assure que les conditions matérielles sont réunies pour bien travailler en groupe.

6. Je regarde dans les yeux les autres personnes quand je leur parle.

7. J’ose exprimer mes goûts et préférences.

8. Je ne me justifie pas.

9. Je pose des questions claires et je maintiens l’intonation, même sur les derniers mots.

10. Si je suis interrompu, je continue à parler.

11. En posant une question, j’indique ce que je recherche.

12. Je réponds directement à la question qui m’est posée.

13. Je m’assure que j’ai répondu à la question posée.

14. J’ose dire “ JE ”, je  parle en mon nom plutôt que comme représentant d’une autorité extérieure.

15. Je me motive avant chaque affaire pour prendre facilement l’initiative.

16. J’exprime plus souvent ce que je ressens pour être plus vivant, plus proche.

17. En cas de désaccord, je prends l’initiative pour vider l’abcès proprement.

18. J’ose plus souvent dire “non” à une demande pour me faire respecter. Je prends soin de moi.

19. Je n’écoute pas outre mesure mes interlocuteurs et j’occupe le terrain plus vite.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.